Aller au contenu | Aller au menu | Une personne connectée

Bianchi Rally

Bande par-soleil Bianchi Rallye
Sponsors du Bianchi Rally quick Location de machine r TEC suzuki viroinval Davin RACB Couvin Flash FM

De Borman et Raucroix vainqueurs du Bianchi 2013

De borman

La sixième édition du Bianchi Rally “revival” était l’occasion d’accueillir un nouveau plateau dit de “vitesse.” Pour autant, l’affection du Bianchi pour l’histoire du rallye n’était pas reniée. En effet, c’est une manche du Belgium Historic Rally Championship qui se joignait à la manche du BFO-BRC Critérium.

Les véhicules modernes étaient donc côtoyés par les Ford Escort, Porsche 911 et Opel Manta. Un mariage divertissant qui a offert un beau spectacle et de grosses surprises au classement.

Au total 31 équipages se sont lancés à l’assaut des trois boucles de quatre spéciales tracées dans la périphérie de Couvin. Les concurrents des deux plateaux reconnaissaient aborder la première boucle avec prudence. En effet, le parcours rapide et sinueux, arrosé durant la nuit par un timide orage, regorgeait de sous-bois extrêmement piégeux.

Cette journée fut marquée d’un sceau ovale et bleu, arborant les lettres Ford. En effet, le premier leader n’était autre que le truculent cafetier de Bomal, Yanick Bodson. Le solide gaillard mettait tout le monde d’accord dès le premier chrono en collant 2,9 secondes à Franky Boulat, leader du championnat Critérium. Après une petite erreur dans la troisième spéciale, Yanick lâchait un peu de terrain. Malheureusement, sa très performante Escort subissait à nouveau des déboires d’alternateur qui le contraignaient à l’abandon.

C’est une autre Ford, celle d’un Raphaël de Borman spectaculaire et efficace qui prenait la place à peine tiédie par Bodson. Sa redoutable RS1800 et un excellent coup de volant lui offraient le scratch dans les spéciales 3, 4, 5, 6, 9 et 10. A cet instant, lors du regroup’ au Château de la Maison Communale de Nismes, de Borman se payait le luxe d’une avance de 22,4 secondes devant Franky Boulat.

De borman

Et c’est cette seconde position qui recueillait tout l’intérêt des suiveurs. En effet, après un début de course prudent et crispé, Anthony Raucroix, le local de l’étape prenait peu à peu confiance et entrait dans le rythme. Partie de la douzième position lors de la première spéciale, sa Toyota Celica GT4 se présentait à la troisième position lors du dernier passage à Nismes, avec un retard d’une seconde et demi sur Franky Boulat. Raucroix frappait un grand coup dans la spéciale onze et remontait en première position, reléguant De Borman à 3,6 secondes et Boulat à 19,5 secondes.

De Borman remettait ensuite une dernière couche, dans la dernière spéciale. “C’est beau ça ! Pour l’honneur des vieilles grands-mères !,” concluait-il en souriant. Tirer le meilleur d’une vieille Escort pour reprendre 5,4 secondes à une Toyota équipée de quatre roues motrices et d’un turbo mérite d’être salué.

Anthony Raucroix récupère donc la seconde place au général mais emporte le classement Critérium. Il devance Boulat dont la stratégie était claire depuis le départ : “J’étais ici dans l’optique de marquer des points au championnat Critérium. Le parcours est magnifique mais très rapide et plein de pièges. Il fallait absolument que je rejoigne l’arrivée. Je n’ai d’ailleurs pas tenté de faire barrage à Raucroix. Malheureusement ce résultat ne suffit pas à déjà nous assurer du titre.”

De borman

“Nous avons fait l’opération parfaite. Sauf abandon de la part de Boulat, nous n’aurions pas pu faire mieux. Et, si je ne me trompe pas, nous sommes certains d’être au moins deuxième au championnat Critérium”," déclarait Bjorn Renier, douzième au classement général.

Quatrième au classement général, Hubert Deferm terminait la course tout sourire et ce malgré une petite sortie en fin de seconde boucle. “J’ai essayé de franchir le Flying Finish à fond. Ca passait, mais pas le virage suivant !”

Christophe Jacob clôturait le top cinq. “La première boucle s’est mal passée. Nous avons eu de gros problèmes d’intercoms, suivis d’une crevaison.” Christophe et son copilote, Louis Luka, redressaient la barre en cours d’épreuve pour enlever en plus la seconde place du championnat BHRC.

De borman

C’est pourtant Christophe Kerkhove qui effectuait la meilleure opération. Troisième du plateau historique, il prenait la main du championnat. “Avant le début de l’épreuve, je craignais la Porsche de Patrick Mylleville et la Manta de Chris Debyser. L’abandon de Debyser - bris de transmission - nous a tiré une épine hors du pied. Après une première boucle prudente, nous avons attaqué pour nous battre avec Mylleville.” Ce dernier n’a pas pu résister et est allé à la faute, endommageant fortement l’avant de sa 911.

De borman

Malheureusement le suspens que proposait sur le papier les deux plateaux a rapidement été amputé par des abandons, tant pour casse mécanique que suite à des sorties de route. C’était le cas pour Jacques Evrard qui sortait de la route dès les premières encablures de la première boucle. Le sort était le même pour la 206 S1600 de Christophe Devleeschauwer. S’il se sort sans mal d’un violent contact avec un arbre, sa copilote souffre d’une vertèbre fracturée. Frédéric Denis devait rendre son carnet suite à un bris de boîte de vitesses alors que Patrick Albert et René Beyers ont eu très chaud en voyant leur Porsche prendre feu. La réaction rapide et efficace d’un commissaire a heureusement pu préserver le véhicule. Quand à Patrick Deblauwe, présent pour faire du roulage en préparation à sa participation à la Corse, il terminait la course dans un fossé à quelques mètres de Myleville.

S’il est un élément sur lequel tous les participants s’accordaient, c’est bien la qualité du tracé. L’infortuné Chris Debyser déclarait d’ailleurs : “Il y a ici des spéciales vraiment magnifiques ! Ce sont les plus difficiles que l’on puisse trouver en Belgique.” Frank Boulat renchérissait : “C’est peut-être même mieux que l’East Belgian Rally.”

Communiqué de presse n°3

A quelques jours du départ de l’épreuve, le Motor Union Bianchi se fait une joie de lever le voile qui recouvre les derniers détails du Bianchi Rally 2013. Chacun des trois plateaux présente une brochette de pointures à même de générer de belles bagarres et un fantastique spectacle.

Les premiers à faire face au chrono, dès le vendredi, seront les équipages participant à l’épreuve de régularité sur routes ouvertes. A 50 km/h de moyenne, les concurrents se lanceront sur les traces du Bianchi d’antan et rencontreront ses tronçons les plus mythiques, de « la pierre qui tourne » à Sivry au calvaire de Rance, en passant par les tracés de Ham-sur-Heure, Chimay et Neufmaison… Au total, les concurrents parcourront 250 km de tronçons pénalisants entre 18 heures et minuit trente.

Les équipages formés par Reuter et Vandervorst, D’hoe et Vanoverschelde, Crucifix et Lambert, Piraux et Monard, Lempereur et Driesen, Guilmain et Remion, Meynaert et Thirionnet, Tomsen et Tomsen ne se sont certainement pas engagés pour faire de la figuration. Un bel échantillon des experts belges de la discipline, ayant tous, sans exception, une carte à jouer. La lutte va être rude pour le classement rassemblant tant les étapes du vendredi que du samedi.

Ces experts de la régularité se retrouveront dès le lendemain pour prendre part à l’exercice de la régularité sur route fermée à 65 km/h de moyenne, avant une dernière étape en soirée sur route ouverte à 50 km/h de moyenne. Découpage sportif et prises de temps à profusion pourraient perturber les classements. D’autant que les rangs des compétiteurs, seront grossis par les concurrents ne participant qu’à l’étape du samedi. Parmi ceux-ci on compte les frères Coël, brillants mais malchanceux dans le passé, ainsi que la redoutable Ford Escort MK1 de Stéphane Loquet. La Daf 66 de Baeten tentera également de conjurer la malchance qui l’accablait en 2012. Dorselaer, Withouck, Malherbe, Van de Moortele et Michel Hermans, associé à Alexandre Peters, tenteront également leur chance.

Le samedi, les concurrents en régularité seront devancés sur les spéciales fermées par les deux plateaux de vitesse. Les manches du RACB Rally Critérium, ainsi que le Belgium Historic Rally Championship, fileront à trois reprises sur les spéciales de Couvin, Vierves, Dourbes (show de 2,5 tours) et Pesche. Tous passeront par le Château de l’Hôtel de Ville de Nismes pour une halte intermédiaire de 20 minutes. Chacune des trois boucles se terminera par un regroupement de 30 minutes Place Général Piron avant le service d’assistance au Couvidôme.

La manche nationale RACB Rally Critérium compte également des prétendants de taille. En tête de gondole, les leaders au classement provisoire Boulat et Van Tiechelen. L’équipage Renier-Santy, second au championnat, tentera de tirer le meilleur de sa Clio RS pour concurrencer la BMW de Boulat. Anthony Raucroix, local de l’étape, fin connaisseur de la région, troublera inévitablement ce duel. Au gré des faits de course, Hubert Deferm et Aurélie Poulain pourraient également viser un beau résultat. Malheureusement, nous avons appris ce lundi que François Duval, l’enfant du pays et ex-pilote en championnat du monde des rallyes, n’a pas pu trouver le budget nécessaire à sa participation !

Enfin, et c’est peut-être là que l’on attend les explications les plus rudes, le plateau BHRC, la manche du Belgium Historic Rally Championship. D’aucuns prévoient une course passionnante, animée par quelques Ford Escort extrêmement performantes. Ce sera le cas pour Raphaël de Borman et Christophe Jacob, engagés tous deux sur Ford Escort RS1800. Parmi les autres Fordistes, Yannick Bodson. Aussi grandiloquent dans le verbe que dans le geste, il a évidement une carte à jouer au volant d’une puissante Escort RS1800. Les rangs de ce plateau seront grossis par une nuée de Porsche, dont celle du vainqueur 2011, le très véloce Jacques Evrard. Patrick Mylleville et Christophe Kerkhove courront également sous les couleurs de la marque allemande. Eric Lecluse et sa splendide 911 fera face aux Albert et Beyers, également engagés sur le coupé teuton. Chris Debyser délaissera cette fois son Escort au profit de l’impressionnante, spectaculaire et mélodieuse Opel Manta Transeurope. Enfin, toujours dans le clan Opel, on découvrira un petit jeune qui monte, Guy Burniat, installé dans le baquet de droite de la Manta 2.4 de Pascal Derouck.

Trois plateaux, des bolides performants, des pilotes talentueux et des équipiers expérimentés. Autant d’ingrédients qui promettent une lutte intense et du très grand spectacle.

Les classements seront consultables en LIVE à l’adresse suivante : http://www.ddrt.be/ddrt_020.php

Flash FM, radio officielle de l’épreuve diffusera régulièrement de l’information au sujet du déroulement de la course sur la fréquence 88.4 FM.

Le programme détaillé de l’épreuve sera disponible dès le vendredi à Couvin au prix de cinq euros. Bien entendu, l’accès aux spéciales reste gratuit pour les spectateurs.

Documents supplémentaires

Voici de nouveaux documents utiles :

Pour les "Legend" :

Communiqué de presse n°2

Le Motor Union Bianchi finalise actuellement la mise sur pied de la sixième édition du Bianchi « Revival ». Une nouvelle formule, plus riche, plus variée et plus intense encore a déjà conquis bien des amateurs de rallye.

Comme annoncé précédemment, le Bianchi Rally délaissera le printemps pour s’établir à au plus fort de l’été, les 2 et 3 août. Une nouvelle date qui accompagne bien d’autres innovations. Gérard Clause, coordinateur de l’épreuve déclare à ce sujet : « Depuis l’an dernier, l’aspect sportif de l’épreuve est confié à un nouveau membre de notre petite équipe, Cédric Pirotte. Nous sommes heureux de le voir apporter un souffle neuf et de la variété à notre épreuve. »

Comme en 2012, le Bianchi accueillera une manche du championnat national RACB Rally Critérium. Ce plateau sera rejoint en 2013 par un second dit « de vitesse », en l’occurrence une manche du Yokohama Belgian Rally Championship Historic. Cette compétition est réservée au voitures dites « historiques » qui animent les diverses épreuves du Championnat de Belgique des Rallyes. Malgré leurs âges respectables, Ford, Opel, Porsche et autres BMW se disputeront âprement la coupe du plus rapide des bolides.

Ces deux catégories parcourront trois boucles de quatre spéciales. Chaque boucle sera entrecoupée d’un arrêt de 15’ à Nismes, dans le superbe cadre de l’Hôtel de Ville, et se terminera par un regroupement de 20 minutes sur la place de Couvin. Dans la foulée les concurrents feront halte au Couvidôme, centre névralgique de l’épreuve, pour 30 minutes d’assistance. Les organisateurs ont obtenu une dérogation pour le plateau Critérium, autorisant le kilométrage chronométré à grimper à 135 km au lieu des 100 km règlementaires. Si les noms des spéciales sont bien connus dans les régions de Couvin et Viroinval, leurs tracés ont tous été revisités, parfois en profondeur. Les droits d’engagements sont fixés à 450 euros, frais d’assistance et repas de fin d’épreuve inclus.

Enfin, le dernier plateau à entrer dans la danse, celui du Critérium Lucien Bianchi Rally Historic, calque son déroulement sur le modèle de grandes épreuves de régularité. Il a subi de nombreuses modifications et se veut plus attractif que jamais.

Trois formules sont proposées :la première se compose d’une épreuve de régularité sur routes ouvertes. Elle débutera le vendredi soir, dès 18h00. A 50 km/h de moyenne, les concurrents arpenteront 350 km, dont 250 pénalisants, dans l’axe formé par les régions de Chimay, Sivry, Beaumont, Thuin, Froidchapelle, Cerfontaine et Philippeville. Autant de tronçons mythiques de l’histoire du Bianchi. Cette première formule est accessible à tout véhicule autorisé à circuler sur la voie publique, en ce compris à ceux qui seraient engagés dans la manche historique Yokohama BRC Historic.

La seconde formule est composée d’une épreuve de régularité sur routes fermées à 65 km/h. Le samedi matin, vers 9h30, les équipages feront face aux trois boucles de quatre spéciales sur lesquelles les concurrents Critérium et Yokohama les auront précédés. A l’issue de ces trois boucles, vers 21 h, les équipages reprendront la route pour une courte mais sportive étape supplémentaire, comptant deux boucles de 50 km à parcourir sur routes ouvertes à 50 km/h de moyenne. Ce dernier coup de reins autour de Couvin et Chimay sera marqué par des contrôles humains secrets.

La troisième formule, combine les deux premières et permettra aux amateurs du genre de s’offrir un week-end de rallye de régularité varié et intense. De nombreuses prises de chronométrage Tripy jalonneront opportunément le parcours de manière à évaluer avec rigueur et précision les performances de chaque équipage. Le Motor Union Bianchi a donc découpé le Critérium Lucien Bianchi Rally Historic en deux, permettant à tout un chacun de participer soit à la première, soit à la seconde, soit aux deux. Les classements seront séparés et les droits d’engagement sont ventilés comme suit :

Etape du vendredi : 350 km de régularité à 50 km/h sur routes ouvertes, entièrement en fléché métré, avec chronométrage Tripy : 250 € Etape du samedi : 135 km de régularité à 65 km/h sur routes fermées en journée et une boucle nocturne de 100 km à 50 km/h de moyenne, avec chronométrage Tripy, contrôles humains et repas de fin d’épreuve : 550 € Les deux formules conjointes : 750 €. Les remises des prix auront lieu le samedi dans la foulée de l’arrivée de chaque groupe de concurrents après les repas du soir.

Réglement, timing et engagement 2013

Affiche

Salut tout l’monde !

Voici les versions « officielles » des règlements et projets de timings pour toutes les catégories ainsi que l’affiche pour votre bonne information.

Les documents sont téléchargeables ici !

Le reste sera bien entendu secret !

Les points de passages avec coordonnées GPS feront partie du copieux programme qui sera réalisé en son temps… Merci d’en faire bon usage...

Un communiqué va bientôt suivre avec toute la présentation alléchante me semble t’il…

Les concurrents seront répartis en 3 séries de numéros ; les CRITERIUM à partir du 1 ; les HISTORIQUES à partir du 51 (les ordres de départs seront mélangés dans ces deux catégories afin de diversifier le plateau et de ne pas faire d’interruption entre les 2.

Les concurrents 65 suivront 15’ derrière la damier à partir du N°101. Pas de repositionnement après l’étape du vendredi soir.

Les concurrents qui ne désirent faire que l’étape du vendredi soir seront acceptés et classés dans l’épreuve générale en appliquant une pénalité forfaitaire pour l’ensemble de la journée du samedi.

Un classement sera par contre effectué par étape et récompensé comme il se doit !

Le RACB nous a accordé une dérogation pour permettre au CRITERIUM de faire toutes les spéciales comme les autres et dépasser ainsi le kilométrage règlementaire en basant le prix d’engagement au kilomètre.

Les montants seront donc : CRITERIUM + HISTORIQUE (450€ avec la package assistance gratuit et le repas du soir à l’arrivée), REGULARITE 50 & 65 (750€ mêmes conditions) et ceux qui ne font que le vendredi soir (250€).

Toutes les prises de temps se feront par Tripy (environ 150 prises le vendredi, une quinzaine d’intermédiaires par boucle (et jamais aux mêmes endroits) le samedi en journée et une vingtaine de prises le samedi soir dans les RT, les CHS seront à calculer avec un temps cible à réaliser à l’arrivée sur des tronçons de routes partiellement « fermées » avec de nombreux CP humains ! Je récupère mes commissaires des 2 premières ES.

Les autres CP seront de type FBVA dans les RT sur routes ouvertes ; les CP dans les ES du samedi seront tenus par les postes de commissaires et tous seront renseignés dans le road-book (excepté le samedi soir…).

Les systèmes GPS et BLUNIK sont formellement interdits et j’irai personnellement faire un contrôle le vendredi soir…

Les tables de moyennes seront délivrées au départ avec les changements incorporés, moyennes de 30 à 45 dans les zones agglomérées selon la nature du terrain et la densité de population.

Les moyennes du samedi (soir y compris) seront uniformes mais seulement renseignées sur les feuilles de routes au moment du départ de chaque boucle ; la formule ayant fait succès l’an dernier et piégée de nombreux candidats !

Tout est en fléché métré sauf le samedi soir bien entendu… Je promets une arrivée secrète en apothéose dont je tiendrais moi-même le dernier contrôle pour ceux qui le trouvent… Et ne manquerais pas de vous y inviter !

Bref, nous célèbrerons de grands vainqueurs où l’attention constante sera primordiale même en fléché métré…

Voilà, comme ça vous savez TOUT ! Et pour les petits malins, cela ne sert à rien de chercher entre les lignes, rien n’est parfaitement exact dans tout ce que je divulgue !

Bien à vous et au plaisir,

Cédric PIROTTE

Réglement 2013

Bonjour à tous,

Voici le règlement particulier de l'épreuve (Sous réserve d'approbation du RACB).

---

Hallo iedereen,

Hier zijn de specifieke regels van het evenement (onderworpen aan de goedkeuring van RACB)

Click-here (PDF)

Flyers edition 2013